SALARIES FIDELES REMERCIES ET EN COLERE

Forum Officiel du Blog
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  LE BLOG OFFICIELLE BLOG OFFICIEL  LA PETITIONLA PETITION  FORUM LA REDOUTEFORUM LA REDOUTE  

Partagez | 
 

 PRESSE / MEDIAS

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
AuteurMessage
jerome31
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 148
Age : 44
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mer 10 Déc - 22:32

le respect des riverains et des interdictions, c'est super important ! pour preuve :

http://www.ladepeche.fr/article/2008/12/06/504333-Colomiers-Malgre-l-interdiction-du-maire-SFR-implante-un-pylone-de-telephonie-mobile.html

Colomiers. Malgré l'interdiction du maire, SFR implante un pylône de téléphonie mobile


Les habitants du quartier des Marots à Colomiers craignent pour leur santé.



Les riverains du quartier des Marots à Colomiers ainsi que la mairie croyaient mercredi, avoir gagné une nouvelle manche dans leur lutte contre l'implantation d'un pylône de 25 mètres supportant des antennes SFR. Une victoire de courte durée car hier matin une grue a mis en place le grand mât, sans que personne ne puisse s'interposer. Un nouvel épisode dans cette longue histoire venait de se jouer.
Dès le mois de mai 2002, la municipalité avait pris un arrêté fixant les conditions d'implantation des pylônes de téléphonie mobile sur son territoire mais le conseil d'État l'avait cassé. Lorsque SFR a voulu implanter son mât au 36, chemin des Sévennes, sur un terrain privé, les riverains ont immédiatement réagi et ont constitué l'association Bien vivre aux Marots. La mairie, qui soutient ses habitants, a porté l'affaire devant le tribunal administratif, lequel lui a donné raison. Mais le conseil d'État a émis un avis contraire.
Mercredi dernier, les riverains qui avait appris la venue de la grue devant mettre en place le pylône, se sont réunis aux abords du site. Le maire a de suite, envoyé un courrier à SFR « le mettant en demeure ce jour de cesser tous travaux d'édification du pylône », en argumentant sur des problèmes de non-respect des limites de terrain.
La mairie a fait constater la pose du mât par un huissier. « On n'est pas d'accord, on continue notre démarche », dit le maire Bernard Sicard. Laurence Cattelan, la présidente de l'association des riverains ne décolère pas. « SFR méprise les lois, les riverains. Ils ont posé le mât car ils espèrent gagner. Des études indépendantes montrent qu'il y a des risques ! »
Jérôme Richez, directeur régional de SFR relativise l'affaire : « On travaille en transparence, dit-il. On respecte la réglementation en vigueur et le seuil fixé par l'État est très bas, bien loin des notions de risques. Nous continuerons de dialoguer avec la mairie et les riverains ».
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sfrencolere.canalblog.com
laelia
Nouveau membre
Nouveau membre


Masculin
Nombre de messages : 20
Localisation : Toulouse
Emploi : cc
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Jeu 25 Déc - 2:15

Le secteur public s'y met !
Xavier Bertrand - SFR sur la même ligne....
Téléperformance

http://www.liberation.fr/terre/0101307603-casse-sociale-chez-xavier-bertrand
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Ven 2 Jan - 0:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi31
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 845
Age : 29
Localisation : Toulouse, cong !
Emploi : Pas de gros mots SVP !
Loisirs : Shoppping, copines, bouffe et bébé
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Lun 12 Jan - 13:16

Article paru à Ouest France


Six mois sans coup de fil au centre d'appel


À Rennes, deux salariés de Téléperformance sont laissés sans travail. Ils ont saisi les prud'hommes.
« À la longue, on se sent inutile. C'est usant... », lâche Hanane Cabon. Elle et Marc Gballou sont techniciens-conseils à Téléperformance France, à Rennes. Tous deux étaient chargés de répondre aux clients de Neuf Cegetel qui rencontraient un problème avec leur connexion Internet. Seulement, depuis six mois, plus aucun appel ne leur parvient.

Depuis juillet, ils sont au bureau mais sans avoir le moindre travail à effectuer. « La direction a orienté tous les appels des clients de Neuf Cegetel vers les centres qu'elle possède à Tunis », expliquent les deux techniciens. Ce transfert d'activité de la France vers la Tunisie a eu lieu progressivement. En 2003-2004, une vingtaine de techniciens-conseils travaillaient encore sur le plateau, à Rennes. Aujourd'hui, il en reste quatre dont Hanane et Marc qui sont également délégués syndicaux de Sud et de la CGT. « La plupart de nos collègues sont partis. Plutôt que d'aller travailler dans une autre ville, ils ont démissionné ou ont accepté un licenciement à l'amiable », raconte Hanane.

Ils vont aux prud'hommes

Tous deux ont fait le choix de rester. Jusqu'à cet été, ils recevaient encore le surplus d'appels que ne traitait pas Tunis. Puis plus rien. « C'est une situation d'usure. La direction souhaite qu'on parte de nous-mêmes », commente, sans être dupe, Hanane. Marc en est également convaincu. Le 16 décembre, selon lui, un des membres de la direction générale aurait affirmé : « On ne va pas router des appels techniques pour trois ou quatre salariés à Rennes »

Chaque jour, tous deux se présentent donc au travail, allument leur ordinateur pour attester de leur venue et... patientent. Dans le même bâtiment, mais sur un autre plateau, des télécommerciaux travaillent également pour le compte de Téléperformance. « Certains viennent nous voir et nous demandent ce qu'on fait là... » Seule éclaircie pour les deux salariés : ces journées d'attente sont parfois entrecoupées d'activités liées à leurs mandats syndicaux.

Néanmoins, pour mettre fin à cette situation, les deux techniciens ont engagé une procédure aux prud'hommes dans laquelle ils demandent la résiliation de leur contrat aux torts exclusifs de l'employeur. Il y a quelques jours, à Paris, au siège de Téléperformance, une déléguée syndicale a alerté la direction sur le sort réservé aux deux techniciens rennais : « Nous avons demandé que le PDG s'explique. S'il ne le fait pas, nous saisirons l'inspection du travail ! », assure la déléguée.

Ces derniers jours, nous avons tenté de joindre la direction. En vain. Téléperformance, société spécialisée dans la relation clients, compte près d'une trentaine de centres d'appels en France et emploie 12 000 collaborateurs (équivalents temps plein). À Tunis, elle emploie 4 000 personnes. En 2007, l'entreprise avait obtenu le label de Responsabilité sociale (créé sous l'égide du ministère du Travail) qui distingue les sociétés de relation-client qui ont de « bonnes pratiques sociales ». Ce label lui a été retiré à l'automne.

Pierrick BAUDAIS.

Ouest-France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 13 Jan - 22:33

et re

http://www.liberation.fr/economie/0101311516-quand-l-habilitation-secret-defense-rime-avec-discrimination-a-l-embauche

Quand l'habilitation secret-défense rime avec discrimination à l'embauche


Deux anciens cadres de Cegetel comparaissaient hier pour une annonce d'emploi dénoncée par SOS Racisme.

11 réactions


FLORIANE ANDREY



Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme (au centre), et son avocat, Maxime Cessieux (à droite), avant le début de l'audience ce lundi. (Photo Floriane Andrey)

Etre «impérativement français et de préférence de parents français, nés en France». Cette précision apportée à une annonce pour un poste d'ingénieur technique habilité secret-défense diffusée en 1999 a conduit hier lundi deux anciens cadres de Cegetel devant la 17e chambre du tribunal correctionnel de Nanterre poursuivi par SOS Racisme pour discrimination à l'embauche. Patrick Halleguen et Philippe Hannebicque ont reconnu le caractère discriminatoire de l'annonce. «Je suis bien l'auteur de ces propos malencontreux et maladroits que je regrette», a même précisé Patrick Halleguen, directeur qualité et audit interne à l'époque, aujourd'hui sans emploi.
Si Philippe Hannebicque s'accorde aussi à dire que «la formulation était maladroite», il clame que «dans le contexte, il y avait l'urgence de trouver un expert face à la vulnérabilité de nos systèmes». Pour leur défense, les deux hommes expliquent qu'ils n'ont fait qu'interpréter les formulaires qu'eux-mêmes ont dû remplir pour leur habilitation secret-défense. «Nous n'étions pas au courant des conditions d'habilitation», se défend Philippe Hannebicque. Sur ces formulaires, apparaissent l'origine des parents, les voyages faits à l'étranger depuis cinq ans, les éventuels contacts avec les services secrets etc. «Nous avons fait une déduction malencontreuse», clame Patrick Halleguen. «Je n'imaginais pas que l'annonce passe si facilement entre les mailles du filet des RH», confie-t-il.
Quand Maxime Cessieux, avocat de SOS Racisme, prend la parole, il semble comprendre la contrainte de temps mais s'étonne que l'annonce soit passée au travers du comité de direction. Le procureur, Roland Banton, est lui aussi très surpris que les deux hommes n'aient pas demandé de l'aide pour ce processus d'habilitation qui les dépassait complètement.
Et puis, très vite, vient le problèmes des sociétés citées : Cegetel, SFR et Neuf Cegetel. Le procureur s'y perd. «Je me suis fait un schéma pour comprendre», plaisante Maxime Cessieux. «A l'époque, deux sociétés coexistaient : Cegetel groupe et SFR ancienne. En 2003, Cegetel a absorbé SFR mais a changé de dénomination pour donner SFR nouvelle. On poursuit SFR nouvelle parce que c'est Cegetel ancien», conclut Me Cessieux. Mais Olivier Fourmy, le président, s'y perd aussi. «Si on ne sait même pas quelle société on poursuit, souvent c'est perdu», ironise-t-il.
Samuel Thomas, vice-président de SOS Racisme, insiste sur le fait que dans cette annonce «vous aurez beau être les meilleurs, les plus fiables, si vous êtes étrangers, vous ne serez jamais habilitables secret-défense». Pour appuyer son propos, il cite de nombreux exemples de personnes étrangères habilitées. «Pourtant cette discrimination continue, regrette-t-il, au mois de décembre j'ai recensé 10 plaintes pour le même motif». S'appuyant sur les textes officiels existants sur les conditions d'habilitation, il affirme qu'«aucune consigne de discrimination fondée sur la nationalité n'est donnée».
«Tout ce ceci devient le procès de SFR alors que c'est le procès de la procédure d'habilitation», clame l'avocate de SFR pendant sa plaidoirie. «Vous voulez juger des lampistes, ajoute-t-elle, même si l'annonce est très moche».
Le procureur, Roland Banton, a demandé de retenir la culpabilité des deux hommes et de Cegetel rebaptisé SFR. Il a requis des amendes de 1.000 et 3.000 euros pour les deux prévenus et de 100.000 euros pour la société Cegetel. Après trois heures d'audience, l'affaire a été mise en délibéré au 16 février.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 13 Jan - 22:38

et un autre...
des rumeurs de rachat par voda..voda quoi? c'est nouveau ça tient...


http://bourse.lci.fr/news.hts?urlAction=news.hts&idnews=AOT090113_00014968&numligne=0&date=090113




13/01/09 18:23 VIVENDI : emprunt obligataire d'un milliard d'euros

(AOF) - Vivendi a annoncé avoir procédé avec succès au placement d'un emprunt obligataire d'un milliard d'euros pour optimiser la structure de sa dette et en accroître la maturité moyenne. Libellé en euros, cet emprunt est à taux fixe, d'une durée de 5 ans, assorti d'un coupon de 7,75% et émis à un prix de 99,727%, soit un rendement de 7,82 %. «Les titres ont été placés auprès d'investisseurs institutionnels européens dans le cadre d'une procédure de «book building», menée conjointement par JP Morgan Chase \& Co., Natixis, Royal Bank of Scotland et Société Générale», a précisé le groupe.
(AOF)
EN SAVOIR PLUS

LEXIQUE
Emprunt obligataire : Contrat par lequel une personne morale (Etat, collectivité publique, entreprise publique ou privée) reçoit en prêt une certaine somme d'argent de la part des souscripteurs des titres obligataires qu'elle a émis. Ces titres donnent le droit aux titulaires d'être remboursés à une échéance dans des conditions fixées dans le contrat et de percevoir des intérêts rémunérateurs de leur prêt. En cas de faillite de l'entreprise, les porteurs d'obligations sont remboursés avant les actionnaires.

ACTIVITE DE LA SOCIETE
Vivendi est un acteur majeur du divertissement. Le groupe est présent dans les télécommunications à travers SFR, second opérateur de télécommunications mobiles en France, et Maroc Telecom, premier opérateur de télécommunications mobiles et fixes au Maroc. Par ailleurs, SFR a pris le contrôle de l'opérateur fixe Neuf Cegetel. Sa filiale Groupe Canal + est le numéro 1 français de la télévision à péage. Vivendi est également propriétaire d'Universal Music Group, numéro un mondial de l'industrie du disque. La présence du groupe dans les jeux vidéo est assurée par Vivendi Games, dont le rapprochement avec l'éditeur américain Activision donnera naissance au leader mondial. Enfin, Vivendi détient une participation de 20% dans NBC Universal, issu de la fusion de NBC et Vivendi Universal Entertainment.

FORCES ET FAIBLESSES DE LA VALEUR

Les points forts de la valeur
- Vivendi détient des actifs dont les perspectives de progressions des résultats sont prometteuses (Canal +, Vivendi Games, Maroc Telecom).
- Vivendi est relativement à l'abri du ralentissement de la conjoncture économique, en raison de sa faible exposition aux secteurs les plus cycliques comme la publicité. L'essentiel de son activité est tiré d'abonnements.
- Les rumeurs de rachat par le groupe Vodafone soutiennent le cours de l'action. La probabilité d'un rachat s'est cependant réduite en raison de la dégradation du marché du crédit. Par ailleurs, les pilules empoisonnées sont nombreuses.

Les points faibles de la valeur
- Certains investisseurs doutent de la pertinence tant stratégique qu'industrielle d'être présent à la fois dans les activités Télécom et Médias. Les dirigeants vont devoir convaincre les investisseurs que Vivendi est capable de se doter d'une stratégie de croissance pour les années à venir.
- Universal Music Group doit faire face à un environnement dégradé dans le secteur du disque. Le métier est toutefois en train de trouver un nouveau modèle économique.

COMMENT SUIVRE LA VALEUR
- La communauté financière attend que la direction du groupe dissipe les incertitudes entourant la stratégie du groupe.
- Notons que le titre bénéficie également d'un intérêt spéculatif, car comme Jean-René Fourtou l'a déclaré, le risque d'une OPA de Vodafone sur Vivendi n'est pas à négliger.
- Par ailleurs, on suivra l'amélioration des performances opérationnelles des différents pôles du groupe (Groupe Canal +, Universal Music Group,…).
- Dans le divertissement aux Etats-Unis, les accords avec General Electric stipulent que Vivendi peut demander la mise en bourse de NBC Universal et General Electric acheter la participation de Vivendi. Le prix planché a été fixé à 8 ,3 milliards de dollars.

LE SECTEUR DE LA VALEUR

Communication - Medias
Pour survivre, la presse écrite doit adopter un nouveau modèle économique. La diversification vers Internet est une opportunité mais les revenus sont bien moindres. Selon le cabinet de conseil en stratégie OC\&C Strategy Consultants, la presse économique française subirait un surcoût d'environ 300 millions d'euros par an du fait de charges d'impression et de distribution plus élevés qu'ailleurs. Selon ces estimations, la presse écrite payante française devrait globalement être déficitaire en 2010-2011. Le nouveau président de la Fédération nationale de la presse française (FNPF) a émis un ensemble de propositions pour sortir de cette situation. La réduction des coûts de production y figure au premier rang. Des interventions de l'Etat sont également demandées notamment en égalisant le taux de TVA pour le support papier, qui bénéficie d'un taux réduit de 2,1%, et la presse écrite en ligne, pour laquelle la TVA s'élève à 19,6%.


Copyright 2009 AOF - Tous droits de reproduction réservés par AOF. AOF collecte ses données auprès des sources qu'elle considère les plus sûres. Toutefois, le lecteur reste seul responsable de leur interprétation et de l'utilisation des informations mises à sa disposition. Ainsi le lecteur devra tenir AOF et ses contributeurs indemnes de toute réclamation résultant de cette utilisation.







a:link, a:active, a:visited, a:hover {text-decoration:none} a:hover{color:red} img{border:0} .iblt60490{width:300px;background-color:transparent} } #ibl60490{background-color:transparent;width:300px} #ibl60490 { text-align:center; } #ibl60490 div { text-align:center; margin:auto } .iblsb60490{width:300px;height:25px}



PUBLICITE







Source SIX Telekurs - Avertissement légal

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 13 Jan - 22:55

label responsabilité sociale (cf : http://www.afrc.org/iso_album/label_responsabilite_sociale.pdf)



arvato? mmmm

en meme temps au directoire y a deux Canal+. partialité?



*************************************

A ce jour plus d'une vingtaine d'entreprises ont été labellisées.



Les entreprises labellisées à ce jour sont:

Catégorie Centres Internes

Banque Populaire Provençale et Corse
Canal + Distribution
Carglass
EDF Division Particuliers et Professionnels
Gaz de France-Suez
Société Générale
Veolia Eaux Sud Est
Voie Directe Escota


Catégorie Outsourceurs

Acticall
Armatis
Arvato Communication Services
Arvato Services France
Coriolis Télécom
Bluelink
Intra Call Center
Laser Contact
Phone Marketing
Transcom WorldWide
TPH Services Télécom



Catégorie Donneur d'Ordres

Canal + Distribution
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pikadu900
Contributeur
Contributeur


Masculin
Nombre de messages : 74
Localisation : toulouse
Emploi : tente d'oublier celui occupé pendant plus de 9ans
Loisirs : qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mer 14 Jan - 21:55

ouais c'est ça ouais .......

sors de ce corps toi le croisement entre karl lagerfeld et nina hagen ...

http://actu.orange.fr/articles/interviews/buzz-Orange-Figaro/2009/01/14/411-Frank-Esser.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi31
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 845
Age : 29
Localisation : Toulouse, cong !
Emploi : Pas de gros mots SVP !
Loisirs : Shoppping, copines, bouffe et bébé
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mer 14 Jan - 22:02

Tout à fait Pika ! Et il a fait des progrès en français...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olyv
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 130
Localisation : Albignac
Emploi : le minimum
Loisirs : le maximum
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Sam 24 Jan - 2:02

En même temps que son come back médiatique........

Vivendi Universal: le parquet requiert un non-lieu général


2009-01-23 20:41:50
PARIS (AFP)





© AFP

Logo de Vivendi, le 24 avril 2008


Le
parquet de Paris a requis un non-lieu général dans l'enquête sur des
malversations présumées au sein de Vivendi Universal, dans laquelle
Jean-Marie Messier est mis en examen, a-t-on appris vendredi de sources
proches du dossier, confirmant une information du Figaro.
Selon
l'une de ces sources, le parquet considère que les charges à l'encontre
des sept mis en examen ne sont pas suffisamment caractérisées pour
justifier leur renvoi devant le tribunal correctionnel.
Parmi
les mis en examen figurent l'ancien patron du groupe, Jean-Marie
Messier, mis en examen en juin 2004 pour "manipulation de cours,
diffusion de fausses informations et abus de bien social", ainsi
qu'Edgar Bronfman Jr.
Cet ancien administrateur de Vivendi
Universal (VU), avait été mis en examen lors de la clôture de
l'instruction par les juges Henri Pons et Jean-Marie d'Huy en janvier
2008.
M. Messier est soupçonné par les magistrats d'avoir fait
racheter massivement les propres actions de VU dans la foulée des
attentats du 11 septembre 2001, à une période proscrite par la
réglementation.
Mais ces opérations, susceptibles de relever
de la manipulation de cours, ne sont intervenues qu'à la faveur d'un
contexte boursier perturbé lié aux attentats, qui avait conduit les
autorités boursières à assouplir leurs règles, selon les avocats des
mis en examen.
Dans cette même affaire, l'Autorité des marchés
financiers (AMF) a condamné l'ancien pdg et Vivendi à un million
d'euros d'amende. L'amende de M. Messier a été ramenée à 500.000 euros
en appel, celle de Vivendi à 300.000 euros.
Ces réquisitions ne lient pas les juges qui peuvent décider de renvoyer ou non les mis en examen devant le tribunal.




© AFP.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi31
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 845
Age : 29
Localisation : Toulouse, cong !
Emploi : Pas de gros mots SVP !
Loisirs : Shoppping, copines, bouffe et bébé
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Sam 24 Jan - 12:57

Publié le 21/01/2009 11:46 | J.-L. D.-C.
Labège. Les salariés de Teleperformance se sont mis en grève
En grève hier, il dénonce erreurs sur salaires, conditions de travail, absence de dialogue social…


Selon les syndicats, hier, plus de 80 % des superviseurs et plus de 50 % des téléopérateurs étaient en grève. Photo DDM, Thierry Bordas.Les salariés de Teleperformance se sont mis en grève hier. « Fiches de paie incompréhensible, acomptes sur salaire, salaire de 0 €, erreurs sur les congés payés et congés maternité, plannings décidés d'une semaine sur l'autre, licenciements, mutations signifiées le jeudi pour le lundi suivant, temps de pause non respecté, pression permanente sur les superviseurs et les téléopérateurs… » Sans être exhaustive, la liste des griefs que dressent Ramzi El Bellati, délégué CFTC et Saad Wahbi, de la CGT, s'étend à l'infini dans le service clients externalisé par SFR. Conséquences : un taux d'absentéisme et d'arrêts maladie record, et plus de 80 procédures aux Prud'hommes.

Un comble, le jour même où Teleperformance se flatte, par communiqué, de ce que le regroupement de ses activités va permettre de « toujours mieux servir les consommateurs, proposer des solutions innovantes aux entreprises, offrir de nouvelles perspectives aux collaborateurs ».

Rien ne va plus depuis que SFR a externalisé son service clients il y a un an et demi. À Infomobile, d'abord, puis à Teleperformance dans laquelle Infomobile s'est fondue le1e r janvier.

Pour les syndicats, il ne fait aucun doute que la direction des ressources humaines « organise » la pression sur des salariés précaires (940 € nets mensuels en moyenne) et encourage un turn-over record dans l'entreprise. Sans compter une « absence totale de dialogue social » dont ils ont encore éprouvé la réalité hier. « Nous avions rendez-vous à 16 heures pour un entretien avec la direction, expliquait Ramzi El Bellati en fin d'après-midi. Elle a refusé de discuter « sous la pression ». Par contre, elle avait fait venir un huissier, caché dans la pièce d'à côté », déplore le syndicaliste.

Sollicitée hier par « La Dépêche du Midi », la direction nationale de Teleperformance n'a pas souhaité répondre à nos questions dans l'immédiat.

En fait ce n'est pas Labége mais Toulouse. VU qu'infodébile n'existe plus. Ils ont été transférés chez TP...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Ven 6 Fév - 0:02

http://www.lentreprise.com/3/article/19027.html

Des blogs de salariés en colère essaiment sur la Toile




Des collectifs de salariés investissent la blogosphère pour se défendre face aux plans de licenciements et de chômage partiel. En ouvrant des blogs collectifs, il s'affranchissent de toute étiquette syndicale. Et donnent à voir concrètement leur ressentiment


Alors que les annonces de plans de licenciements et de chômage partiel contraint se multiplient, la Toile, et plus particulièrement les blogs, s’imposent comme une vitrine, un moyen d’expression à part entière pour les salariés. Cela leur permet de donner à voir une réalité sociale au grand public autant qu’à leurs dirigeants.
Depuis quelques semaines, des blogs collectifs de salariés essaiment sur la Toile, qu’ils soient issus de Sony Pontoux, la Camif, La Redoute, Molex, ou encore Motorola de Rennes, comme le détaillait l’hebdomadaire Les Inrockuptibles dans "C'et la lutte blogale", dans son numéro du 13 janvier. Les salariés y coordonnent leurs actions, s’échangent des informations sur l’actualité sociale de l’entreprise, mais aussi mettent en ligne photos et textes pour montrer la détresse et l’incompréhension qui habite beaucoup d’entre eux. Ainsi, le blog des salariés de l’usine de cassettes vidéo de Sony Pontoux, dans les Landes, menacé de fermeture, détaille les comptes-rendus des diverses réunions et comités d’entreprises, et un agenda des prochaines actions. Les salariés peuvent réagir sur un forum.
De même, le sitede la Camif, actuellement en redressement judiciaire, détaille aux salariés les aides auxquelles ils ont droit, et les contacts à prendre. Sur leurs deux blogs, Molex.un-blog.fr et Molex-villemur.com, les salariés de l’usine Molex, promise à la fermeture d'ici juin 2009, donnent à voir des photos de manifestants, des caricatures, mais aussi des photos prises sur place.
Certes, les blogs tenus par des salariés menacés de licenciements n’ont rien de nouveau. Déjà au printemps 2007, face aux menaces de restructurations au sein de la Fnac, plusieurs ont ouvert des blogs, comme Blogofnac (qui n'est plus actif depuis juin 2007) ou Fnac91.
Mais ces blogs revendicatifs de salariés prennent un autre tour depuis quelques mois, dans un contexte social tendu. Pour la première fois, ils sont tenus par « des collectifs de salariés qui s’affranchissent de l’étiquette syndicale, et traduisent ainsi une nouvelle approche sociétale. Parfois, les syndicats sont derrière certains d’entre eux, mais préfèrent ne pas l’afficher », estime Rodolphe Helderlé, responsable éditorial du site participatif d’informations Miroir social. Ainsi, des élus CFDT du comité d’entreprise de Motorola Rennes seraient derrière l’ouverture du blog de salariés. De même, Onredoutelaredoute, ouvert lorsque l’entreprise a fait connaître son intention d’externaliser 5 centres d’appels, « est perçu par certains comme le faux-nez de syndicats », poursuit-il.
Pourquoi cette extrême discrétion des syndicats ? Peut-être par crainte que leur étiquette ne décrédibilise ces mouvements spontanés de salariés. Mais surtout, avec ces blogs, les salariés s’expriment hors de toute étiquette, et sous le sceau de l’anonymat. Et ne risquent ainsi pas de retours de bâtons de la direction. D’ailleurs, Hélène Jacob, ancienne représentante CFDT et à l’origine du blog SFR en colère, en a fait les frais. Pour avoir blogué sur ce blog intersyndical, ouvert en mai 2007 lorsque SFR a annoncé la délocalisation de 3 de ses centres d’appels, elle est maintenant confrontée à une procédure judiciaire pour diffamation. Ce blog constituait d’ailleurs le seul relais pour les salariés inquiets. « Je modérais leurs commentaires sur le blog, et je postais les billets qu’ils m’envoyaient. Ils n’osaient pas les poster eux-mêmes pour conserver leur anonymat », explique-t-elle.
Faut-il voir dans ces nouveaux blogs collectifs un aveu de la baisse du pouvoir de représentativité des syndicats ? Pas forcément : les salariés font ainsi pression d’une nouvelle manière sur leur direction. « Ces collectifs ont un impact médiatique : ils suscitent l’intérêt des médias, qui les relaient, et cela a un effet de levier sur la direction. Ce qui est bénéfique pour l'action syndicale », remarque Rodolphe Helderlé. Même s’il n’y a pas d’exemple connu de direction qui aurait fait marche arrière face à ses collectifs de salariés, ces blogs de collectifs s’imposent nettement comme nouveau moyen d’expression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Ven 6 Fév - 0:05

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Ven 6 Fév - 12:25

il est partout....a se demander comment on peut etre au directoire d'autant de boites en meme temps...

http://bourse.lerevenu.com/newsdepeches.hts?urlAction=newsdepeches.hts&idnews=FPS090122_20316820&numligne=0&date=090122&source=FPS
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mimi31
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 845
Age : 29
Localisation : Toulouse, cong !
Emploi : Pas de gros mots SVP !
Loisirs : Shoppping, copines, bouffe et bébé
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Ven 20 Fév - 23:56

Discrimination: amende de 20 000 euros pour Cegetel-SFR
Le tribunal de Nanterre a condamné l'opérateur à 20 000 euros d'amendes pour avoir diffusé une offre d'emploi discriminatoire dans les années 2000.
01net., le 19/02/2009 à 17h30

Selon l'AFP, la 17e chambre correctionnelle du tribunal de grande instance de Nanterre vient de rendre son verdict, quant à l'affaire opposant l'ex opérateur Cegetel aujourd'hui détenu par SFR et l'association SOS Racisme. En 1999, Cegetel avait en effet publié, pendant plus de 16 mois sur son Intranet, une offre d'emploi visant à recuter un chef de projet habilité secret-défense devant être « impérativement français et, de préférence, de parents français nés en France » . Le groupe a donc été condamné lundi par le TGI de Nanterre à 20 000 euros d'amende, dont 10 000 avec sursis. Deux anciens cadres ont également été condamnés à des amendes de 3 000 et 1 000 euros avec sursis et devront verser 1 000 euros de dommages et intérêts, solidairement avec Cegetel-SFR, à l'association SOS Racisme. Celle-ci recevra en outre 6 000 euros au titre des frais de procédure. Lors de l'audience du 12 janvier, les deux cadres ont reconnu leur responsabilité et admis le caractère discriminatoire de l'offre tout en expliquant leur crainte que le ministère de la Défense n'accorde pas l'habilitation secret-défense si le postulant était étranger. De son côté, SOS Racisme s'est appuyé sur des textes officiels, pour prouver qu'aucune condition d'origine ou de nationalité n'était nécessaire pour obtenir cette habilitation.
Le groupe SFR a pris acte de la condamnation et à tenu à préciser que le litige n'est « pas représentatif des modalités de recrutement actuellement en vigueur dans le groupe » .

clap
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ml44
Membre compulsif
Membre compulsif
avatar

Féminin
Nombre de messages : 756
Age : 43
Localisation : NANTES
Emploi : eleveuse d'enfants turbulents
Loisirs : passer mes nuits sur le chat
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mer 8 Avr - 12:52

Dialogue social


SFR veut reduire le nombre de comités d’entreprise



La direction de SFR entend profiter de l’absorption de Neuf Cegetel pour réduire le nombre de comités d’entreprise au sein du groupe.



Une dizaine d’instances représentatives du personnel pour 10 000 salariés, c’est excessif, estime la DRH de SFR, Marie-Christine Théron. Elle entend profiter de l’absorption de Neuf Cegetel pour réduire le nombre de comités d’entreprise au sein du groupe. Dans le cadre des discussions qu’elle a actuellement avec les syndicats en vue des prochaines élections professionnelles et de la refonte des accords d’entreprise, y compris ceux sur le temps de travail, elle propose un seul comité d’entreprise pour les sites de SFR Service clients (2 500 salariés répartis entre Paris, Gentilly et Massy (91), Aix et Marseille), au lieu de cinq. L’entité principale, SFR opérateur, forte de 7 000 salariés, serait aussi dotée d’un seul et unique CE (au lieu des trois actuels).




Budget de fonctionnement resserré


Au même titre que la lointaine filiale SRR, basée à La Réunion (500 employés). Soit au total 21 élus, trois fois moins qu’actuellement. Avantages attendus par l’opérateur de téléphonie mobile : des consultations plus rapides et, sans doute aussi, un budget de fonctionnement resserré. Les représentants du personnel, eux, ne l’entendent pas de cette oreille. « Les salariés n’auront plus l’information de proximité et auront plus de difficultés à se faire entendre », argument-ils. La situation est bloquée, alors que les mandats des élus arrivent à expiration. In extremis, SFR proroge leur représentativité jusqu’au 30 juin. Ce qui laisse encore quelques semaines aux deux parties pour trouver un accord. Sinon, c’est l’inspection du travail qui arbitrera.

Gestion Sociale, 9/04/2009
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mjlhinas
Habitué
Habitué


Nombre de messages : 36
Localisation : toulouse
Date d'inscription : 22/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Sam 18 Avr - 10:01

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
pikadu900
Contributeur
Contributeur


Masculin
Nombre de messages : 74
Localisation : toulouse
Emploi : tente d'oublier celui occupé pendant plus de 9ans
Loisirs : qu'il est doux de ne rien faire quand tout s'agite autour de vous
Date d'inscription : 13/07/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 19 Mai - 19:07

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Darkedge
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 127
Age : 44
Localisation : Toulouse
Emploi : Ressource humaine
Loisirs : Combattre la médiocrité...
Date d'inscription : 23/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 11 Aoû - 11:52

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Olyv
Membre actif
Membre actif
avatar

Masculin
Nombre de messages : 130
Localisation : Albignac
Emploi : le minimum
Loisirs : le maximum
Date d'inscription : 21/06/2007

MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   Mar 8 Sep - 21:11

http://www.01net.com/editorial/505642/sfr-nous-ne-voyons-pas-linteret-dun-quatrieme-operateur/

bah les 3 opérateurs ont été condamnés pour entente. C'est étrange comme réaction. on comprend pas pourquoi ils veulent pas de free. surtout quand on voit:

http://www.lefigaro.fr/societes/2009/09/01/04015-20090901ARTFIG00383-un-solide-deuxieme-trimestre-pour-vivendi-.php

La crise? ca dépend pour qui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: PRESSE / MEDIAS   

Revenir en haut Aller en bas
 
PRESSE / MEDIAS
Revenir en haut 
Page 12 sur 12Aller à la page : Précédent  1, 2, 3 ... 10, 11, 12
 Sujets similaires
-
» Revue de Presse de l'or et de l'argent / les indispensables
» Le communiqué de presse des mompreneurs
» Presse Algerienne ; entre le commerce et le pseudo-professionnalisme
» La Presse en Parle
» Presse Professionnelle Informatique et Réseaux

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SALARIES FIDELES REMERCIES ET EN COLERE :: ECHANGES INTER-SITES :: VOS REACTIONS-
Sauter vers: